Blog

Ajouté le 20 avr. 2011

Prochaines Expositions: - 13 Mai 2012 place des Vosges 75004 PARIS
- 01 Juin 2012 place Baudoyer 75004 PARIS
- 02 Septembre 2012 place des Vosges 75004 PARIS

> EXPOSITION à la Galerie EVERARTS, 8 rue d'Argenson - 75008 PARIS
du 15 Mars 2012 au 30 janvier 2013

EXPOSITIONS REALISEES

Ajouté le 20 avr. 2011

> Du 05 novembre au22 novembre 2008 Salon des Artistes Hotel de Ville de PARIS

> Du15 juin 2009 au 10 septembre 2009 Hotel de ville de Choisy Le Roi

> Du 18 novembre au 05 décembre 2009 Salon des Artistes Hotel de Ville de PARIS

> Du 20 novembre au 08 décembre 2010 Salon des Artistes Hotel de Ville de PARIS

> Dimanche 8 Mai 2011 de 10 à 18h Place desz vosges 75004 Paris

> Dimanche 22 Mai 10 à 18h Square Jean XXIII Pont de L'archevéché 75004 Paris

Un choix déraisonnable

Ajouté le 20 avr. 2011

Peinture Figurative ou Abstraite ? : Un choix déraisonnable

Préambule.
L'artiste a toujours été marqué par son époque. Il est le reflet de son temps. Il en est le témoin et par son caractère transformateur, parfois un élément constitutif voir décisif. Les révolutions économiques, sociales, philosophiques, idéologiques ont transformé de manière définitive l’accès à la connaissance. A l'origine de leurs démarches, un élan d'ordre spirituel a déclenché un mouvement de la conscience et de l'esprit. Peu à peu l’artiste a voulu rapporter, transposer, témoigner, décrire le plus réaliste possible, ses idéaux, ses témoignages, ses réactions émotionnelles, affectives et intellectuelles. Les relations ainsi que son éveil sensitif, unissant l’homme à la société, lui ont permis de s’exprimer, de se révéler. De tout temps, les artistes ont explorés différentes voies.
Tous les styles de peinture, de sculpture, d’architecture sont, peu à peu, poussés à l’extrême. Les interprétations, les approches individualistes rejettent les carcans de l'expression artistique et picturale. La limite entre le figuratif et l’abstrait reste floue. Il est très pratique de définir l’abstraction en l’objectant à l’art figuratif. Comme beaucoup d’artistes, je refuse de les opposer l’un à l’autre. J’exclus d’appartenir à l’une ou à l’autre famille.

De la peinture figurative.
La peinture figurative est un concept relativement simple au premier abord. Basée sur la représentation du réel, elle a prise peu à peu une multitude de formes différentes tout au long de l'histoire. Les artistes ont imaginés d'innombrables aspects, donnant naissance à différentes formes. Narrative, réaliste, épurée, baroque, romantique, il y a une richesse de styles dans l'art figuratif, sans oublier les divers mouvements comme l'expressionnisme, le symbolisme, le Dadaïsme, le Surréalisme etc. …, tout cela s'inscrit dans la mouvance de l’art.
La peinture figurative (ou non) se conçoit en toute liberté, quelques soient les différents niveaux de compétence ainsi que les techniques employées par le peintre: Huile, aquarelles, pastels, acrylique, encre, gouache. C’est son choix, sa création.
Le peintre choisit une composition picturale ou un sujet dramatique. Dans un esprit de contradiction, il donne quelquefois des expressions aux personnages, il fait passer des sentiments. Les lignes de force ne sont plus uniquement horizontales ou verticales mais également obliques ou courbes, ce qui a pour effet de positionner les personnages et de donner une impression de mouvement. C’est la théâtralisation de la scène.
Parfois il favorise des couleurs profondes, des ombres de lumière et des foncées intenses. Il évoque l’émotion, la passion, la quiétude, le mystère. Il caractérise le mouvement par l'utilisation de nombreuses couleurs vives, impétueuse.
Dans celui de la statuaire antique par exemple, Il définit des contrastes, les jeux de lumière pour mettre en avant certaines zones et en laisse d’autres dans la pénombre. C’est l’utilisation du clair obscure.
Quant au paysage, il a une dimension esthétique forte. Il peut désigner un ensemble contextuel, une vision des choses à un temps donné. Contraste fort, couleurs monochromes ou violentes, gestes amples ou sec, les constructions et les combinaisons, ainsi placées sur la toile, donne à l’œuvre, son animation, donnent la vie: mouvement d'une scène de bataille, de chasse; le mouvement d'une tempête.

La peinture peut dépasser l’authenticité à travers son naturalisme. Il importe peu qu'un attribut physique particulier, fidèle à la vie, peut être interprété par un symbole donné. Il n'y a pratiquement pas de limites sur les possibilités visuelles d'une peinture figurative.
Que le peintre utilise comme modèle le corps humain ou animal, des objets, des lieux ou décrit des scènes de genre, que ce soit avec précision ou qu’il nous renvoie à un spectacle du réel ou dans un monde imaginaire. Il doit créer, il doit sublimer peut être mythifié et non simplement décrire. Sans quoi, l’œuvre entreprise, ressemblera à un succédané voir un plagiat, elle sera sans âme. Elle sera sans trouble et, très certainement, elle sera cataloguée comme «ayant du bon gout ».
Idéalisation et réalisme, le renvoi au visible et au monde de l’objet pose le problème de l’imitation. L’authenticité, l’exactitude de l’image ou comment reproduire la nature sans la trahir! La tache n’est pas simple. Pour certains artiste, c’est ambigüe et pour d’autres c’est ni plus ni moins qu’une imposture. Alors ? Illusion, représentation ou interprétation ?

De l’abstraction.
Par définition, l’abstrait ne " reproduit " rien, cette lapalissade est mal comprise, par coutume, par appétence ou de par son éducation. Tout d’abord, il s’agit d’une recherche ayant pour sujet : la liberté de créer. Si le figuratif vous invite dans un univers de perceptions, l’abstraction vous invite dans un univers mental. L’Abstraction est un concept, pour beaucoup, une notion confuse. Nous devons nous approcher d’une œuvre abstraite avec curiosité et d’un esprit ouvert à toutes interprétations, à toutes philosophies, à toutes opinions. C’est un espace de liberté, au public de s’y promener sans directive. Certes, on peut considérer la peinture abstraite comme une démarcation. Cette réduction est intéressante. Elle est variable, selon les individus et du ressentie de l’instant, elle navigue entre plusieurs mondes: la lumière, les reflets et les effets de changement sur la couleur, les vibrations qu’ils suscitent... Ils privilégient l’impression à l’expression.
Bien sûr, de la part de l’artiste il y a une intention, un souhait, voire un message mais malgré tout, la perception de l’œuvre sera toujours personnelle. Si contempler un coucher de soleil sur une plage de Sardaigne est ressenti comme beau par tous, les sentiments qu’il anime en nous sont personnels : calme, tranquillité, beauté, plénitude ... Pour le peintre, c’est avant tout entreprendre pour soi même, définir sa perception, dévoiler sa vision d’un fait, d’une image, d’une émotion, d’un ressentie. C’est élever et exprimer, ce qui est perceptible mais difficilement rationnel, ce qui appartient au domaine de sa spiritualité. Déstructurer l’espace, concéder une fonction à la ligne droite ainsi qu’à la courbe, segmenter la couleur pour lui donner un rôle. Inévitablement, on parle de fonctionnement et de recherche. Cela apparait parfois, au premier abord, être la chose primordiale, Mais peindre reste, avant toute chose, de la création.
L’abstraction est plus intellectuelle, plus méditative ; c’est lié aux dispositions mentales du public. Ses sentiments, ses émotions en regardant le tableau sont-elles ceux de l’artiste lors de la création ? L’artiste veut-il transmettre ses propres sentiments, ses propres émois ? Pas nécessairement, le public peut trouver dans une toile ce qu’il souhaite, les convictions pouvant être difficilement imposés. Si leur composition et leur utilisation sont abouties, quelles deviennent captivantes, alors l’œuvre se suffira à elle-même.
Banalisée dans le monde artistique, l’abstraction est devenue un style parmi d’autres, un mode d’expression qui coopère avec tout les courants. C’est un débordement, une recherche de la beauté, une exaltation, un enthousiasme, quelquefois une douleur. Mais en aucun cas on doit prendre l’abstraction comme un embellissement ou pire une amélioration. Quand La photographie se veut artistique, l’artiste force sur le contraste, la lumière, il surexpose, floute, il retouche la photo. Réinvente et manipule l'image. Tout le monde trouve cela imaginatif, ingénieux, subtil alors pourquoi pas la peinture abstraite ?

Conclusion.
La peinture ne peut appartenir exclusivement à l’un ou l’autre style. Peindre c’est être libre, autonome et affranchie de toutes démarcations, de toutes certitudes. A chaque peintre, sculpteur, artiste, de délimiter son univers et la conception de son art.
Je suis autant attiré par le figuratif que par l’abstraction. Pourquoi devrais-je choisir ?
L’art figuratif m’aide à exprimer mes opinions avec des références à la matérialité, j’essaie de donner une vision du réel. J’ai le choix de manifester, dans un monde quelquefois imaginaire, mes évocations, mes commisérations, mes humanités ?
Avec l’abstrait, je ne tente pas de peindre le monde extérieur, mais je révèle ainsi ma quête et mes exigences. Je peux me passer de modèle et me libérer de la réalité. J’aime représenter des formes, des lignes et des couleurs pour elles-mêmes. Ce n'est plus le sujet qui me domine, ce n'est plus de la peinture pour un prétexte. C’est la recherche pour une harmonie, pour la beauté affranchie de tout, qui donne un sens à la toile. Peindre devient une conquête picturale permanente. Une seule chose est sure. Je peins !
Je peins parce que j'aime peindre, je suis libre. voilà tout ! Pour tout dire, je vis ma passion au présent, et je m’affine, au fil de l’eau, je me bonifie…enfin j’espère.
Peindre, c'est la rencontre entre mon esprit (difficile à cerner) et ma dextérité (abrupt à maîtriser). Ne penser à rien d'autre, si ce n'est à ces moments d’euphories, qu'apporte la création. Je veux quelle captive, séduise. Chacune de mes toiles est une aventure, un voyage. Chacune de mes toiles est unique. Puis c'est la rencontre avec le public, dans une dichotomie dangereuse : l’encensement, l'incompréhension destructrice ou pire encore : œuvre insipide! Même si entre l'artiste et le public, les relations peuvent être terrible, la critique est indispensable, nécessaire. La création n'a d'importance que si elle suscite cette rencontre, peu importe quand, peu importe où. « Madame, Monsieur, cette œuvre, C'est le fruit de mon travail »
Pour faire court, je peins parce que j'aime cela. Sachez simplement que j'en ai fait ma profession.
Je me propose de vous entraîner dans mes voyages intérieurs, singuliers, secrets.

Christian BATTINI


" Le grand ennemi de l'art, c'est le bon goût. " Marcel Du champ.

" Un tableau ne vit que par celui qui le regarde "Pablo Picasso

 " L'art est fait pour troubler". Georges Braque.

 " L'artiste n'a de responsabilité envers personne. Son rôle social est associal. Sa seule responsabilité réside dans sa position face au travail qu'il accomplit. " Georg Baselitz.

Ajouté le 20 avr. 2011

> Dimanche 3 Juillet 2011 de 9h à 18h Place Baudoyer Mairie du 4em
rue François Mirron 75004 Paris

> Dimanche 4 Septembre 2011 de 9h à 18h Place des Vosges 75004 Paris

> du 28 octobre au 1er novembre 2011 : Grand Marché Art Contemporain Place de la Bastille 75012

> Novembre 2011 - Salon des artistes - Mairie de Paris

> 26 au 29 janvier 2012 Grand Marché Art Contemporain Halle FREYSSINET Paris 13em

"Je ne peins pas pour être libre mais parce que je le suis"

Ajouté le 20 avr. 2011

Je suis né en 1957 à Créteil (France). Aussi longtemps que je me le rappel, j'ai toujours dessiné, peint, bien avant mon premier hochet, me semble t il.
Mon père m'a transmis sa passion. Il se destinait au métier d'artiste peintre (ceci explique peut être cela). La 2ème guerre mondiale en décida autrement et son talent se transforma en passe temps.
L'école d'art plastique de Choisy et les ateliers des Beaux arts de Paris m'ont permis d'affiner ma technique.
Pour tout vous dire, je vis ma passion au présent, et je m’affine, je me bonifie…enfin j’espère.

Créé avec Artmajeur